In situ


Rémi Boinot, Pacal Legall.

Exposition au 108 - Maison Bourgogne,
interventions sonores parc Pasteur et pelouses
du boulevard Rocheplatte et de l'avenue Roger Secretain,
installation rue de la République.

16 juin — 4 Juillet 2009

Rémi Boinot, L'ordre du jour, installation rue de la République

La tribune, dédiée à la prise de parole, est ici particulière, elle prend place sur un trottoir qu’elle partage avec les piétons et diffuse au travers d'un mégaphone, des extraits d’un poème d’Arthur Rimbaud « Soir historique », (Les illuminations 1873-1875 ), en une dizaine de langues différentes. Des drapeaux composés de rubans de signalisation sont les sémaphores d’un non lieu inspiré et rebelle. […]

Jérôme Diacre

Out of Crime, installation (projection) au 108 - Maison Bourgogne

Rémi Boinot : Out of Crime 5'21"

Hors les limites circonscrites de l'installation, depuis le dernier rang de chaises confortables et vides , est projetée une vidéo des différentes rues et quartiers de la ville où des hommes et des femmes marchent innocemment derrière un cerceau.


Pascal Legall, 44, installation sonore dans quatre parcs ou espaces verts.

L’espace vert urbain, que ce soit un parc ou une bande de pelouse, est un lieu sans identité fixe, dans le sens où nous ne sommes ni dans la ville, ni dans la nature. Ce sont des espaces intermédiaires. Prenant le pont Georges V comme axe, une des bandes unificatrices des deux rives de la Loire, 4 espaces verts vont être investis chacun leur tour pendant 4 heures par 4 boîtes sonores sur une durée de 4 jours. Ces quatre espaces sont tous très différents de par leur dimension, leur emplacement, leur circulation et leur environnement sonore.

Que se passe-t-il si l’on y ajoute de la musique intermédiaire, cette fois-ci, c’est-à-dire une production sonore à la fois pouvant être entendue ou non, écoutée ou non ? Le lieu réussit-il à s’affirmer autrement, à acquérir une réelle autonomie de par le fait qu’un élément extérieur pousse à percevoir d’autres façons tous les éléments qui le constituent ? S’y organise-t-il un autre arrangement de nos perceptions ? Le lieu deviendrait alors, pour quelques heures, autonome, c’est-à-dire maintenant un espace intermédiaire accompli. Et n’était-ce pas là un des multiples rôles que remplissaient, peut-être sans le savoir, les kiosques à musique ?

Site de Pascal Legall : interventions du 16 juin 2009,
17 juin 2009, 18 juin 2009, 19 juin 2009