Pastiche du double


Sébastien Hoëltzener, Vincent Valéry

Le 108, Maison Bourgogne, Orléans

9 — 23 février 2008

Sébastien Hoëltzener et Vincent Valéry se sont rencontrés à Pougues-les-Eaux en 2006. Comme une amitié est née, elle se décide à prendre des formes.

L’enjeu de leur exposition au Bol est, pour eux, de relier des travaux relativement usuels dans leur pratique créatrice personnelle, tout en se brouillant mutuellement les pistes d’un univers partageable (un et des espacements).

Pour le crédit d’une connivence succédera un ensemble voulu homogène mais nécessairement étrange, puisque orienté à la torche par la découverte de l’étranger à soi, cet intime lové au sous-sol du faire quelque chose, lorsque la pratique se soucie peu des résultats en terme d’image à produire.

On fait affleurer, ainsi, ce qui généralement est coupé pour rejoindre le rebut, et le rébus arrive chargé d’excroissances.

Bref, c’est le moment d’une rencontre d’autres exigences à travers le pastiche et le double, savoir ce que l’on copie ou singe souvent malgré soi dans les référents (que peut-on faire subir à nos propres référents et habitudes ? Qu’est ce que l’exposition d’art contemporain  ? Doit-on s’imaginer en être pour se sentir chargé de la fiction d’y croire ?).

Un travail face à l’établissement et face à l’art vu de profil que permet l’identité curieuse du Bol, salle B8 de la maison des associations du 108 rue de Bourgogne, espace encore difficilement identifié et identifiable, riche de son ambivalence même.